Parler en langues, est-ce être pentecôtiste ?

Editorial du mois de Novembre 2016

shining dove with rays on a dark golden background

 

A Jérusalem, le jour de la Pentecôte, chez Corneille, à Éphèse, les disciples ont parlé en langues lorsqu’ils ont été remplis du Saint-Esprit. C’est ce qui  fait dire que c’était là le signe initial du baptême du saint-Esprit.

Au XXème siècle, alors que cette manifestation se répandait un peu partout, on a appelé les chrétiens ayant expérimenté le baptême du Saint-Esprit “les Pentecôtistes”.

Mais le Pentecôtisme se limite-t-il à la glossolalie ?

Le même Esprit qui fait parler en langues n’est-il pas aussi celui qui produit un fruit dans la vie du chrétien et que c’est à ce fruit que se reconnaissent les disciples. Il ne faut pas l’oublier.

Et si le pentecôtisme est une expérience merveilleuse à vivre, C’est aussi dans “les mains” de l’Esprit que se trouve l’épée, la Parole de Dieu. Cela montre qu’expérience et connaissance sont indissociables.

D’ailleurs, Jésus n’a jamais dit : “vous recevrez une puissance… et vous parlerez en langues” !

Et là, nous touchons au Coeur du pentecôtisme, à sa signature :  répandre le message de Jésus-Christ, implanter de nouvelles églises, aller jusqu’aux extrémités de la terre.

Le Pentecôtisme est un feu.

Un feu d’amour pour les perdus.

Il consume l’humain pour faire éclater la gloire du Fils de Dieu. Il  manifeste la puissance d’en haut pour guérir, délivrer, et convaincre l’âme plongée dans ses péchés de se tourner vers le Sauveur;

Il entretient dans le cœur du croyant un désir d’humilité et de sainteté.

Il le fait brûler d’amour pour le Seigneur Jésus Christ en l’assoiffant de sa parole.

Les pentecôtismes à sensation, mettant le projecteur sur les pouvoirs surnaturels d’un homme ne sont trop souvent qu’un miroir aux alouettes offrant une imitation ridicule de l’oeuvre de Christ.

Le parler en langues devient alors ce que le sifflet est à l’ancienne locomotive à vapeur : l’utilisation de la puissance pour faire du bruit, mais pas pour faire avancer l’ensemble !

Pentecôtistes : soyons le de plus en plus ! Découvrons ou redécouvrons le parler en langues et ses bienfaits, ayons foi dans le surnaturel divin, pratiquons les dons spirituels !

Et répandons le parfum de la grâce autour de nous.

Que toutes ces belles choses nous amènent à faire jaillir ces fleuves d’eau vives qui abreuveront notre prochain, assoifé d’éternité.

René Delattre

René Delattre est pasteur des ADD. Après avoir exercé son ministère dans différentes églises, il a été le directeur de l’AJEF pendant 8 ans. Depuis septembre 2016, il exerce la fonction de coordinateur national pour les ADD.